Nin-jutsu

Nin-Jutsu de l’Aka Kongoseki Ryû avec Olivier Pouzet

Le Nin-Jutsu, dont l’imagerie populaire n’a retenu que l’apparence d’un ninja vêtu de noir, n’a été introduit au Japon qu’au cours du IVème siècle, bien que les nombreux mythes et légendes concernant les shinobi fassent remonter leurs origines à l’aube de l’humanité...

Les guerres qui opposaient à cette époque le Japon aux royaumes coréens de Paekche, Shilla et Karak vîrent apparaître, du côté coréen, un nouveau type de guerrier, à la fois espion et assassin. Durant cette période, de nombreux chinois et coréens émigrèrent vers les provinces japonaises de Koga et Iga (berceaux historiques du Nin-Jutsu). Il est prouvé qu’ils introduisirent alors, outre le bouddhisme et le confucianisme, de nombreux livres d’astronomie, de géographie, de magie et leurs méthodes de combat hors normes, qui deviendront l’art redoutablement efficace que l’on connaît.

Mais le shinobi n’est pas que cet incroyable acrobate, à la fois espion invisible, ingénieux voleur, fin tacticien et insaisissable assassin : c’est aussi et avant tout un homme de son temps, curieux et particulièrement endurant. Au Japon, ce sont les ninja qui utilisèrent en premier les armes à feu. Ils contribuèrent même à en inventer de nouvelles. Par ailleurs, ils surent intégrer les connaissances millénaires de l’acupuncture ainsi que celles de l’anatomie et de la physiologie à l’art du combat. Connaître l’Homme et la Nature, telle est finalement la Voie du Ninpo...

UN SPORT

Un sport de combat, où non seulement l’on bénéficie de tous les bienfaits de l’activité sportive sur la santé (réduction du stress, renforcement du système immunitaire, etc...) et sur la confiance en soi, mais aussi où l’on apprend des techniques qui pourraient un jour nous sauver la vie ou celle de nos proches.

UN ART

Un art de vivre dans lequel nous partageons des valeurs, communes à l’ensemble des arts martiaux chinois, coréens et japonais : solidarité, entraide, endurance, persévérance, goût de l’effort et du dépassement de soi, discipline, courage...

UNE VOIE

Une voie de développement personnel où chacun apporte ses qualités et s’enrichit des expériences des autres ; c’est passer du savoir-faire au savoir-être ...

L'enseignement

Un cours de Nin-Jutsu se déroule en 3 temps.

L’échauffement, qui prépare l’organisme à fournir des efforts : cardio-training, renforcement musculaire, assouplissement, mais aussi travail pieds-poings (de type Boxe Birmane et Lutte Parisienne), au sol, etc...

Les esquives par déplacement du corps, incluant des roulades, écrasements et chutes frappées, ainsi que des techniques plus acrobatiques (roue, salto, flip-flap...). Cette étape permet, entre autres, de récupérer et de se détendre.

Le travail des degrés (kyû), qui peut porter, selon le grade, sur :

  • Des techniques longues distances (esquives, réceptions, méthodes de frappes...) ;
  • Des techniques mi-distances (clés, sorties de saisies de poignet, frappes...) ;
  • Des techniques courtes distances (projections, étranglements, sorties de saisies de corps...).

Il y a 10 degrés marqués par des ceintures de couleur avant la ceinture noire. Les méthodes de maniement des armes sont abordées à partir du programme dan (ceinture noire).

Le professeur : Olivier Pouzet

  • 5ème Dan de Nin-Jutsu (Aka Kongoseki Ryû)
  • Diplômé de l'Ecole de Shiatsu et fondateur du Centre d'Apprentissage du Shiatsu et des Méthodes Associées
  • 30 ans de pratique du Nin-Jutsu et diverses disciplines (self-defense, boxes anglaise et thaïlandaise, Ju-Jutsu, MMA...)

Olivier Pouzet débute les arts martiaux en 1990 sous la direction de celui qui introduisit le Nin-Jutsu en France au début des années 80. En 1997, avec d’autres membres du collège des ceintures noires, il fonde l'Académie des Sports de Combat et Arts Martiaux (A.S.C.A.M Nin-Jutsu). Durant cette période, il a pratiqué plusieurs disciplines traditionnelles (Yagyû Shingan Ryû, Wushu...), sportives (boxes anglaise et thaïlandaise, judo, MMA...) ou de self-defense (Krav-Maga, CAC...).

Compétiteur et Champion de France de Nin-Jutsu (1994 et 1996), Olivier Pouzet a participé à de nombreuses rencontres en Open, dont la 1ère compétition de "Free-Fight" organisée en Europe (1993) ainsi qu'à la première coupe de France de Jiu-Jutsu Brésilien (1997).

Passionné et pratiquant de médecine traditionnelle chinoise et Major de promotion de l'Ecole de Shiatsu, il fonde en 1997 le Centre d'Apprentissage du Shiatsu et des Méthodes Associées, dont l’enseignement est complémentaire à celui du Nin-Jutsu.